Imágenes de páginas
PDF
EPUB

L'Espagne, à jamais expulsée des rivages de l'Amérique, n'a plus aucun moyen d'y rentrer. Divisée dans son intérieur, sans influence au-dehors, privée des Mines du Mexique et du Pérou, où prendroitelle des Soldats pour des expéditions lointaines ? Comment suffiroitelle aux frais des armemens nécessaires pour reconquérir ce qu'elle a perdu ?

Les Poris, les Havres, les points fortifiés sont au pouvoir des Américains ; tous les emblèmes de la suprématie Européenne ont disparu; les Lions et les Tours de Castille ont fait place aux Couleurs de l'Indépendance et de la Liberté. Dans ces vastes Contrées qui furent si long-tems la source de la grandeur Espagnole, et le théatre d'une domination Etrangère, il ne reste plus que les ossemens épars des Guerriers qui furent envoyés pour s'opposer à nos destinées. Partout se forment des Etats naissans fondés sur les mêmes bases, également favorisés par la nature, puissans de ressources locales, fiers d'un avenir qui ne sauroit les tromper. Le climat seul les protégeroit contre des invasions téméraires, si le courage éprouvé des habitans n'offrait la meilleure de toutes les garanties.

Parmi ces Etats s'éleve celui de Colombie ; 12 années d'une guerre implacable n'ont pu l'abattre, ni même ralentir sa marche. Colombie a recueilli le fruit de ses nobles travaux; elle est libre, souseraine, indépendante. Bientôt, tous ces nouveaux Etats formeront une association complette, solennelle, et fixeront d'un commun accord les bases de cette grande Fédération contre laquelle toute attaque extérieure seroit plus absurde que dangereuse. La coalition du reste du Monde civilisé, si elle était possible, échoueroit devant cette barrière.

Ainsi parvenue au point où elle est, assimilée de fait et droit à toutes les Nations existantes, voulant vivre amicalement avec tous les Peuples, l'Amérique n'a plus qu'à se faire reconnoître par la grande Famille dont elle fait partie, et à laquelle son association ne peut manquer d'offrir beaucoup d'avantages. .

C'est dans ce but que le Soussigné, Ministre plénipotentiaire de la République de Colombie, a l'honneur de s'adresser à Son Excellence le Ministre des Affaires Etrangères de Sa Majesté Britannique pour lui communiquer les intentions de son Gouvernement.

La République de Colombie est constituée, son Gouvernement est en pleine activité. L'Espagne ne possède plus rien sur son Territoire ; une Armée de 60,000 hommes soutenus par une réserve de la même force, assure l'existence de Colombie.

La République a tout ce qui caractérise les Gouvernemens reconous sur la Terre; elle ne demande à aucun d'eux par quelle voie, par quel droit ils sont devenus ce qu'ils sont; ils existent; c'est là tout ce qui lui importe de savoir. Colombie respecte tout ce qui est; elle a droit à la réciprocité, elle la demande, et cette demande n'est dictée ni par l'in. térêt, ni par la crainte ; l'un et l'autre motif sont indignes d'une Nation

généreuse et libre. Qui pourroit l'attaquer ? Qui pourroit ajouter à ses richesses, ou les diminuer? De qui aurait elle besoin, et parmi tous les Peuples connus, quel est celui qui n'aspirera pas à établir avec elle des relations commerciales ? Colombie à la conscience intime de sa force. Si elle invite tous les Peuples à partager avec elles les trésors que la nature lui a prodigués, c'est plus tôt par un sentiment de générosité que par un esprit de calcul.

Quiconque s'approchera de Colombie avec des intentions pacifiques et bienveillantes, pourra puiser en toute sûreté dans la source commune de nos richesses. Telle est l'unique base des rapports que nous sommes jaloux d'avoir avec tous les Peuples de la Terre: cordialité, liberté, réciprocité. Les jalousies, les défiances, qui jadis séparoient les diverses Nations et les armoient l'une contre l'autre, sont bannies de la Législation ainsi que de l'esprit de nos Concitoyens. Nous ne démentirons jamais les principes philantropiques pour lesquels notre sang a coulé avec tant d'abondance sur le champ de bataille et les échafauds.

Mais, après avoir ainsi rempli tous ses devoirs à l'égard des autres Nations, Colombie se doit à elle-même d'exiger que ses propres droits soient également reconnus : Colombie ne les tient de personne ; elle s'est faite elle-même, et compte sur ses propres moyens pour se soutenir. Indépendante, forte, libre, invulnérable, elle n'obéit qu'à un sentiment de bienveillance générale ; elle n'aspire qu'à rendre faciles, amicales, utiles, ses relations avec tous ceux qui traiteront avec elle.

Un vaste et riche Continent, habité par des Peuples civilisés, ne peut demeurer Etranger au reste du monde ; toutefois il seroit difficile de concevoir des rapports durables, avantageux, et tels que l'intérêt du commerce les réclame, entre des Etats dont les Gouvernemens ne se reconnaitroient pas réciproquement.

Ces principes non équivoques, ces considérations puissantes, im. posent au Soussigné l'obligation de faire connoître à Son Excellenc le Ministre des Affaires Etrangères de Sa Majesté Britannique, les intentions de son Gouvernement, qui sont les suivantes :

1. Que le Gouvernement de Colombie reconnoit tous les Gouvernemens existans, quelles que soient leur origine et leur forme.

2. Qu'il ne communiquera pas avec les Gouvernemens qui, de leur côté, ne reconnaitront point le Gouvernement de Colombie.

3. Que tout commerce, accès, séjour dans les Ports et sur le Ter. ritoire de Colombie, sont ouverts et assurés avec pleine liberté, sureté, tolérance et réciprocité, à tous les Peuples dont les Gouvernemens reconnaitront celui de Colombie.

4. Que ces mêmes Ports et Territoires sont et resteront fermés aux Sujets des Etats qui ne reconnoitraient pas celui de Colombie.

5. Qu'il sera établi des délais pour l'admission dans les Ports et sur le Territoire de Colombie, proportionnés au retard qu'aura éprouvé la reconnoissance proposée.

6. Qu'il sera pris des mesures par le Gouvernement de Colombie, pour probiber toutes marchandises provenant des Pays dont les Gouvernemens refuseront ou différeront de le reconnoitre.

Le Soussigné, en portant à la connoissance de Son Excellence, les sentimens et les principes de son Gouvernement, insiste sur la nécessité d'une prompte réponse. Son Excellence est trop éclairée pour ne pas pénétrer les motifs de cette demande de la part d'un Gouvernement qui siège à une aussi grande distance, et qui, occupé à la fois de son organisation intérieure, et de l'établissement de ses relations exté. rieures, ne peut admettre ni les longueurs ni les détours dont on croiroit, d'après d'anciens usages, pouvoir se servir dans cette circosslance nouvelle, et dont la nouveauté même est un motif de plus de désirer la prompte solution; solution que Colombie attend avec une égale confiance des lumières du Gouvernement Britannique et de ses propres forces.

Le Soussigné saisit avec empressement cette occasion, &c. S. E. le Marquis de Londonderry.

F. A. ZEA.

ACT of Independence of the Provinces of Guatemala.--15th

September, 1821.

(Translation)

The anxious wishes to become Independent of the Spanish Government, being publick and indubitable, which in writing as well as orally, have been manifested by the Inhabitants of this Capital, and several Communications having also been received by the last post, from the Constitutional Municipalities of Ciudad Real, Comitan, and Jurtlan, in which they inform us that they have proclaimed and sworn said Independence, and urge us to do the same in this City; and it being also well known that they have addressed similar Communications to other Authorities; it has been determined, in concurrence with the Provincial Deputation;

That, in order to treat of a matter of such great importance, the Members of the said Provincial Deputation, the Archbishop, the Members of the High Court of Justice, the venerable Dean and Ecclesiastical Chapter, the College of Lawyers, the regular Prelates, Military Colmanders, and Publick Functionaries of every description, should as semble in the Town-hall, and deliberate thereupon.

The Communications above alluded to, having been read, and tbe subject fully discussed and meditated upon, and the loud and reiterated

cries of “ Independence," having been heard from the People who had assembled in the square, streets, yard, and the galleries of the Town. hall, the following Resolutions were agreed upon :

I. That as Independence of the Spanish Government is the general wish of the People of Guatemala, (without detriment to what may thereupon be determined by the Congress which is about to be formed,) the Political Chief shall be directed to proclaim the same, in order to avoid the consequences which might be apprehended, were the People themselves to proceed to a declaration of that Independence.

II. That Letters shall be immediately addressed to the Provinces by extraordinary Couriers, in order that without any delay they may be pleased to proceed to the election of Deputies or Representatives of their own, who shall assemble in this Capital, and form a Congress, which shall decide upon the question of general and absolute Independence; and, in case of agreeing to the same, determine the form of Goveryment and the Fundamental Laws which shall be put in force.

III. That in order to facilitate the nomination of Deputies, the Electoral Juntas of the Provinces which ought to have elected the last Deputies to the Cortes, shall themselves name the present Deputies. « IV. That the number of Deputies shall be in the proportion of 1 for every 15,000 Persons, without excluding from the rights of Citizen. ship those who are descended from African Parents.

V. That the Electoral Juntas of Provinces, in conformity to the last Census, shall themselves determine, agreeably to this basis, the number of Deputies or Representatives which they are to elect.

VI. That, in consideration of the importance and urgency of the business, they will be pleased to close the Elections in such manner, that, on the 1st day of March, in the ensuing Year, 1822, the whole of the Deputies may be assembled in this Capital.

VII. That, in the menn time, no alterations shall take place in the Authorities already established, who shall continue to exercise their several functions, in conformity with the Constitution, Decrees, and Laws at present in force, until the aforesaid Congress shall determine what may be more just and advantageous.

VIII. That the Political Chief, Brigadier-General Gavino Gainza, shall continue in the Superior Political and Military Government; and, in order that he may possess the authority suited to existing circumstances, a Consultive Provisional Junta shall be formed, composed of Messrs. Miguel de Larreinaga, Member of the High Court of Justice of this place; Jose Del Valle, Auditor of War; 'the Marquess de Aicinena, Jose Valdes, Treasurer of the Cathedral here; Dr. Angel Maria Candina, and the Licentiate Antonio Robles, third Constitutional Alderman ; the 1st being for the Province of Leon, the 2d for that of Comayagua, the 3d for Quesaltemango, the 4th for Sulala and Chemaltenango, the 5th for Sonsonate, and the 6th for Ciudad Real de Chiapa.

IX. That this Provisional Junta shall be consulted by the Political Chief on all economical and other matters, deserving of their attention, and relating to the Government.

X. That the Catholick Religion, which we have professed from former ages, and will profess to future ones, shall be preserved pure and unaltered, and that spirit of Religion shall be maintained wbich has always distinguished Guatemala; the regular and secular Ministers shall be maintained, and their persons and property respected.

XI. That a Letter of advice shall be forwarded to the wortby Prelates of Religious Communities, in order that, by their co-operation in the maintenance of peace and tranquillity, (the first duty of a People, when they effect a transition from one Government to another,) they may take care, that the Persons under their charge do promote concord and fraternity amongst those united in the general sentiment of Independence, and in all other respects, and the cessation of all personal animosities.

XII. That the Municipality entrusted with the maintenance of order and tranquillity, shall take the most active measures for this purpose, as well in the Capital as in the different Towns.

XIII. That the Political Chief shall publish a Manifesto, making known the real sentiments of the People, the opinion of the Authorities and Corporations, the measures of this new Government, as well as the causes and circumstances which have decided them to take the Oath, in presence of the first Aldermen, and at the request of the People, to the Independence of the Country, and of Fidelity to the American Government that

may

be established. XIV. That the Provisional Junta shall take the same Oath, as well as the Municipality, the Archbishop, the Tribunals, the Political and Military Chiefs, the regular Prelates, their Religious Communities, and the Chiefs and Persons employed in the Revenues, the Authorities, and Corporations, and the Troops in the respective Garrisons.

XV. That the Political Chief, in concurrence with the Municipality, shall make the necessary arrangements, and appoint the day upon which the People shall also proclaim and swear to the said Independence.

XVI. That the Municipality shall give orders for a Medal to be struck, which may transmit to future ages the recollection of the 15th September, 1821, when we proclaimed our happy Independence.

XVII. That the present Act, and the aforesaid Manifesto shall be printed, circulated, and sent to the Provincial Deputations, Constitutional Municipalities, and other Authorities, Ecclesiastical, Regular,

« AnteriorContinuar »