Imágenes de páginas
PDF
EPUB

de son attention soigneuse pour son amitié avec la Cour de Russie, et pour la tranquillité générale qui forme les veus de tout le monde, ou non ?

Voilà encore de ces points que l'on remet au discernement et à la confirmation des véritables Amis qui ont en partage la sagacité et la discrétion.

En 3melieu, Monsieur l'Ambassadeur a dit que l'opinion de l'Europe se réduit à ceci : Qu'une fois les Stipulations concernant les deux Provinces exécutées, il ne sera pas plus tôt publié que la Paix entre la Sublime Porte et la Cour de Russie a été raffermie, que la révolte des Grecs s'apaisera d'elle-même.

Cette opinion est contraire aux considérations de la Sublime Porte qui connaît de science certaine, et voit clairement dans l'évacuation des deux Provinces et dans la nomination des Hospodars, aujourd'hui que la Rébellion des Grecs n'est pas encore réprimée, les conséquences à craindre et les préjudices sur lesquels elle s'est déjà expliquée.

En effet, la Rébellion ayant éclaté dans une époque où les Hospodars des deux Provinces étaient à leurs places, maintenant cette rébellion s'apaisera-t-elle simplement en évacuant les Provinces et en nommant des Princes, ou bien prendra-t-elle plus de consistance, comme si elle ne faisait que commencer, et les Rebelles acquérant plus de force, et enhardis plus que jamais, se livreront-ils, d'après l'esprit qui les anime, à de nouveaux actes de révolie?

Cette remarque, qui doit frapper tout homme éclairé, a été développée d'une manière détaillée dans la Conférence, pour servir de réponse à ce que M. l'Ambassadeur avoit avancé.

Si la Cour de Russie cherchait à consolider ses relations pacifiques avec la Porte Ottomane, par l'exécution des points que celle-ci a demandés, savoir : l'évacuation des Frontières de la Sublime Porte en Asie, et l'extradition des Transfuges, c'est alors qu'il serait porté un coup terrible à la Rébellion des Grecs, qui verraient les bonnes intentions que la Cour de Russie eut témoigné en faveur de la Sublime Porte, en exécutant ses engagemens.

Mais, quant à l'exécution d'un point tel que celui qui concerne les deux Provinces, cette exécution, dont les conséquences seront exclusivement en faveur des Grecs et contre la Sublime Porte, fera-t-elle cesser cette Rébellion opiniâtre, ou bien l'augmentera-t-elle davantage ? Cela aussi n'admet point de doute.

Enfin, c'est une chose généralement reconnue, que la médiation entre deux Gouvernemens consiste à péser justement les prétentions des deux parties, et non à prendre la défense de l'une et à contraindre l'autre.

Le Ministère Ottoman croit donc devoir donner aux Communications faites comme ci-dessus, par M. l'Ambassadeur, notre Ami, au nom de toutes les Cours Amies, la réponse suivante fondée sur la raison :

Si le véritable but que les Cours Alliées et Amies se proposent, est la pleine exécution des Traités existans entre les Puissances, c'est là le principe aussi de la Sublime-Porte elle-même. Et si l'objet de leurs vaux salutaires est le maintien de la tranquillité générale parmi les Nations, le Gouvernement Ottoman déclare qu'il y est plus porté qu'aucune autre Puissance; et ce qu'il avance a été démontré par un grand nombre de preuves qu'il en a données dans les temps passés.

La Sublime-Porte, pour prouver encore la sincérité est les bonnes intentions qu'elle professe, soit dans les discussions concernant les deux Provinces, soit au sujet du raffermissement de la Paix avec la Cour de Russie, qu'elle regarde toujours comme étant en paix et en amitié avec elle, donne ici le résumé suivant:

Les excuses valables et les inconvéniens qu'il y a (inconvéniens qui affectent visiblement l'état de la Nation) à évacuer, dès ce moment, les deux Provinces et à élire et nommer publiquement des Princes, existent réellement.

Le nombre des Troupes Ottomanes qui sont actuellement dans les Provinces n'est rien moins que suffisant à pouvoir s'opposer, en cas de besoin, aux Troupes de quelque Puissance que ce puisse être; et il y a dans la circonstance même que le nombre en est très-petit, une preuve évidente qu'elles ne sont là que pour défendre le Pays contre les Rébelles qui, tant au dedans qu'au dehors, ne cherchent qu’une occasion favorable, et qu'il n'y a dans leur demeure dans les deux Provinces aucune vue cachée.

Les deux Provinces étant une propriété de la Sublime-Porte, il est clair qu'elle est obligée de les maintenir en état de sûreté.

Enfin, il est positif que la Sublime-Porte, ainsi qu'il est dit dan sa Note précédente, terminera cette affaire dès l'instant qu'une parfait sûreté sera rétablie, ce qu'avec l'aide du Tout-Puissant on espère e on attend très-incessamment.

Et comme il est requis et exigé qu'en toute occasion les Habitan et les Pauvres desdits Pays soient protégés et défendus d'une manièr convenable, on a retiré dernièrement la plus grande partie des Troupe de l'Artillerie et des munitions, et dorénavant on s'occupera de mên à diminuer et à réduire, autant que possible, le nombre des Troupe

Aucune espèce de violence, la moindre vexation ne sera faite au Habitans 'et aux Rajas des Provinces, d'après les ordres rigoureu publiés par des Commandans Suprêmes, émanés consécutivement.

En considération des Stipulations conclues avec la Cour de Russ la Sublime-Porte fera gérer, comme cela se pratique aujourd'hui, affaires qui competent aux deux Principautés par les Caïmacai nommés parmi les Grecs.

Enfin, comme il n'y a pas d'autre mesure qui puisse contribuer la Paix générale et à produire une parfaite tranqnillité que celle différer pour un très-court espace de temps encore l'évacuation tot

des deux Provinces, et la nomination des Hospodars, jusqu'au rétablissement de la tranquillité et de la sûreté qui forment les væux de tout l'Univers, et qu'on espère et attend dans peu de jours, la Sublime Porte se flatte que tant laCour de Russie, que les autres Gouvernemens Amis, qui sont aussi les Amis bienveillans des deux parties, voudront bien admettre et agréer ses excuses avec justice et équité, et qu'ils approuveront le délai qu'elle met et l'arrangement qu'elle a fait.

Au reste, quant à la proposition faite d'envoyer de part et d'autre des Commissaires dans les deux Provinces, la Sublime Porte considère la Cour de Russie comme une amie qui est en paix avec elle, comme cela a été dit plus haut. La Sublime Porte regarde donc toutes les Stipulations de ses Traités conclus avec la Russie (et actuellement subsistans, soit concernant les deux Provinces, soit ayant rapport à d'autres points) comme étant en vigueur: et les points même qui n'ont pas été jusqu'ici exécutés par la Russie, sont considérés comme devant l'être par la suite, par un effet des bonnes intentions de cette Puissance. Il n'y a donc rien de nouveau à discuter qui puisse motiver la nomination des Commissaires.

Il est superflu d'ajouter et de déclarer que lorsque le Ministre et les Conseils de Russie, qui ont quitté le Pays de leur propre volonté, voudront retourner pour y résider comme par le passé, ils n'y trouveront ni obstacle ni empêchement, et qu'on ne manquera pas de les recevoir et de les traiter d'une manière honorable.

Sur les Communications que M. l'Ambassadeur, notre Ami, a faites au nom de toutes les cours Alliées, la Sublime Porte a jugé néces. saire, d'après la pure et parfaite amitié qu'elle professe envers tous ses affectionnés et bienveillans Amis, de leur représenter et déclarer, conformément à ses principes fondés sur la vérité et la sincérité, et à la conduite basée sur la droiture et la loyauté, ses pures et véritables intentions tant secrètes que publiques, ses droites et salutaires considérations, qui ne sauraient admettre la moindre objection, et ses droits clairs et incontestables.

C'est à cette fin que la présente Note Officielle a été rédigée et remise à M. l'Ambassadeur, notre Ami. Le 7 Gemaziul-ahir, 1237. S. E. Le Vicomte Strangford.

(3)-The Reis Effendi to Viscount Strangford. (Traduction.)

Constantinople, le 18 Avril, 1822. La Sublime Porte a reçu la Note Officielle

que

l'Ambassadeur Extraordinaire de la Cour d'Angleterre, résidant auprès de la Porte Ottomane, le très-distingué Lord Strangford, notre Ami, lui a présentée, en date du 30 Mars dernier, touchant les deux Principautés ; et, en lisant la Traduction qui en a été faite, Elle en a parfaitement saisi le contenu et le sens.

Il est superflu de dire jusqu'à quel point la Sublime Porte a de tout tems voué une attention scrupuleuse à maintenir la Paix et une amitié parfaite avec la Cour de Russie, ainsi qu'à contribuer à la continuation de la Paix du monde, et de la tranquillité générale. Sa fidèlité et sa droiture dans ses rélations sincères et amicales avec ses véritables et loyaux amis, sont également connus à tous.

C'est en vertu de ces principes que la Sublime Porte déclare encore maintenant par la présente Note Officielle, sa ferme résolution de remplir toutes les promesses qu'Elle a faites, et tous les engagemens qu'Elle a pris, tant dans la Conférence tenu eu dernier lieu au sujet des deux Provinces, que dans la Note Officielle subséquemment présentée : savoir, de satisfaire aux obligations à sa charge, immédiatement après le retour de la tranquillité, qui ne tardera pas à avoir lieu. Elle déclare de plus, qu'Elle a déjà actuellement commencé, et qu'elle ne cesse de prendre des mesures tendantes à les mettre, l'un après l'autre, en exécution; et cela dans un très-court espace de tems.

Pour montrer donc et prouver à toute l'Europe encore dans cette occasion, sa grande attention et son empressement à être toujours la première à remplir les Traités, la Sublime Porte s'est déjà occupée très-sérieusement des moyens de rétablir une tranquillité parfaite dans les deux Provinces, et Elle a préalablement adopté à cet effet les mesures nécessaires.

Cependant des considérations d'une haute importance portant sur des inconvéniens momentanés, que présente l'état interieur de l'Empire, ne permettent point que la connoissance de ces mesures soit rendu publique dès à present.

Dans l'intervalle, la Sublime Porte annonce officiellement aux amis vrais et bienveillans des deux Parties, qu'Elle a déjà commence vraiment et réellement à faire tout ce dont il s'agit; et que tout en se conformant au système d'administration de l'Etat Musulman, et en considérant aussi l'importance de la chose dans les circomstances actuelles, la Sublime Porte pourra enfin, par l'exécution des mesures qu'Elle a prises, mettre fin à cette affaire. Et c'est ce qu'elle notifie maintenant d'une manière amicale.

Quant aux actes de violence qu'on dit avoir été commis contre les habitans des deux Provinces, bien que l'exécution non interrompue des ordres que la Sublime Porte, (qui n'a jamais toléré de pareils actes,) a donnés tant par le passé qu'en dernier lieu, ait produit le meilleur effet, cependant, Elle vient de donner encore à ce sujet les ordres les plus rigoureux au Commandant du reste du Corps de Troupes.

C'est pour communiquer tout cela à M. l'Ambassadeur, Notre Ami, que la présente Note Officielle a été rédigée et lui est remise.

La Sublime Porte saisit cette occasion pour renouveller à M. l'Ambassadeur les assurances, &c. Ce 26 Redgeb, 1237. S. E. Le Vicomte Strangford.

[ocr errors]

(4.)- The Reis Effendi to Viscount Strangford. (Traduction.)

Constantinople, le 16 Juillet, 1822. LA Sublime Porte a déclaré dans une Note qu'elle a présentée il y a quelque tems à M. l'Ambassadeur de la Cour d'Angleterre, résidant près la Porte Ottomane, le très-distingué Lord Strangford, notre Ami, qu'en conséquence du grand soin qu'Elle a de tout tems mis à conserver la Paix, et une amitie sincère et parfaite avec la Cour de Russie, et à maintenir la Paix et la tranquillité générale, et d'après sou attention scrupuleuse à remplir les Stipulations et les Traités, (surpassant même les autres sur ce point,) Elle avoit commencé à prendre des mesures pour l'exécution, dans un court espace de tems, de ses promesses touchant les deux Provinces.

Mettant la plus grande confiance dans les communications amicales que

M. l'Ambassadeur, notre Ami, nous a faites à ce sujet, tant par le passé qu'en dernier lieu ; considérant que l'époque de l'exécution des promesses faites à l'égard des deux Provinces est pour ainsi dire arrivée, comme celle de l'exécution à laquelle on s'attend de la part de la Russie, des Articles concernant l'extradition des Transfuges et l'évacuation des Frontières de l'Asie, Articles qui n'ont besoin d'aucune discussion, ni d'aucune interprétation, dont l'exécution n'a été que différée, et la non-exécution jusqu'ici est évidemment la principale cause que la Révolte générale n'a pas été appaisée; enfin, vũ que par la persévérance de la Nation Grecque, comme tout le Monde sait, dans une Révolte ouverte, et dans leur perversité, les Individus de cette Nation, qui n'ont pas même pris part à la Révolte, ne sont nullement propres, et ne méritent en aucune manière, suivant les principes des Gouvernemens, d'occuper encore des Postes; la Sublime Porte iront d'élire et de nommer, d'entre les Boyards, natifs de Moldavie et de Valachie, comme cela se pratiquoit dans l'ancien tems, savoir Jovan (Jean) Stourdja Logotheti, Boyard natif de Moldavie, Prince de Moldavie, et Ligori (Grégoire) Ghika Bano, Boyard natif de Valachie, Prince de Valacbie.

Mais comme d'un côté, l'étiquette a observer vis-à-vis des Hospodars dans cette Résidence Impériale exige un nombreux cortège, et de grandes cérémonies, et que de l'autre, ils sont venus ici à la legère, si l'on vouloit observer le cérémonial il se passeroit quelque tems. Ainsi mettant le cérémonial de côté, on fera partir les Hospodars accompagnés de deux Mehmandars, directement pour Silistrie. Là Son Excellence Mehemmed Selim Pasha, Gouverneur Général de cette Ville et des Rives du Danube, publiera leur nomination, et les révêtira de la robe d'honneur; et tout le reste s'y fera. Quand, après cela, ils auront formé leur Cour, on les enverra aux Chefs-lieux de leurs Gouvernemens.

Telles étant les dispositions de la Sublime Porte, c'est pour en faire

« AnteriorContinuar »