Imágenes de páginas
PDF
EPUB
[ocr errors][merged small][merged small][merged small][merged small]

HISTOIRE

D ES AM O URS

DE CHEREAS

ET

DE CALLIRRHOË.

pen L I VRE SI X I E M E.

A veille du jour où le Roi

devoit décider qui de Chereas ou de Denys Callirrhoë auroit pour époux, tout Babylone fut dans une grande fermentation. Dans les mai. sons, dans les rues , on se disoit :

Tome II.

L

c'est demain

que

Callirrhoë se marie ; quel est l'heureux Mortel qui la possédera ? La Ville entiere étoit partagée. Ceux qui étoient pour Chereas, disoient : c'est son premier Mari; elle étoit vierge quand il l'époufa; il l'aimoit, elle l'aimoit; fon Pere la lui donna ; l'Etat lui fit des funérailles ; il ne l'a pas pour cela abandonnée, elle ne l'a point abandonné. Denys ne l'a 'ni achetée , ni épousée. Des Brigands la lui ont vendue ; mais il n'est pas permis d'acheter une personne libre. Les Partisans de Denys répondoient: 11 l'a tirée des mains des Pirates , qui per's'en faut qu'ils ne l'aient tuée. Il a donné un Talent pour lui fauver la vie. D'abord il lui conserve le jour , il l'épouse ensuite. Chereas au contraire, après l'avoir épousée, la tue. Callirrhoë ne doit jamais perdre le souvenir d'un tel mariage :

mais ce qui assure la Victoire à Denys, c'est qu'elle l'a rendu pere. Tel étoit le langage des hommes. Les femmes, d'un autre côté, non contentes de s'entretenir entr'elles de Callirrhoë, lui donnoient des confeils, comme si elle eût été à portée

de les entendre. N'abandonnez pas, lui disoient-elles, l'Epoux que vous ayez pris étant encore Vierge, donnez la préférence à celui qui le premier vous a aimée ; il est votre Compatriote, & c'est le seul moyen qui vous reste pour voir votre Pere; autrement vous passerez, comme une exilée , vos jours dans une terre étrangere. D'autres au contraire : Choisissez votre Bienfaicteur, celui qui bien loin de vous tuer, vous a

conservé la vie. Si jamais Chereas, se mettoit en colere , craignez le tombeau de vos peres. Ne trahissez point votre fils, & montrez plus d'égards pour celui qui lui a donné le jour. Teló étoient les discours qu'on entendoit de toutes parts. L'on eût dit que Babylone entière fût devenue un vaste Tribunal.

Cette nuit, la derniere de celles qui avoient précédé le jour du Jugement, le Roi & la Reine qui reposoient près l'un de l'autre, étoient agités de pensées bien différentes, La Reine attendoit le jour avec impatience pour remettre un dépôt qui lui étoit devenu onéreux. La beauté de Callirrhoë l'accabloit; près d'elle la comparaison ne tournoit pas à fon avantage : d'ailleurs, les visites fréquentes du Roi, les politesses hors

« AnteriorContinuar »