Imágenes de páginas
PDF
EPUB
[ocr errors]

2. Dites le féminin, au singulier et au pluriel, des mots suivants :-prince, héros, marchand, étranger, conspirateur, voyageur, obligé, vif.

3.5 en Provence. (See I, A.) La préposition to, marquant le mouvement, la direction (going to a country, etc.) est-elle toujours rendue de la même manière dans tous les cas en français ? Si non, quelle différence établissez-vous ? Citez des exemples à l'appui de vos réponses.

4. "Ils allèrent . avertir la justice.' (I, A.) Nommez quelques verbes qui ne demandent pas de préposition devant l'infinitif qui les suit, et d'autres qui demandent de ou à.

5. Traduisez les phrases suivantes :—There is an epoch in life-there is no epoch in life. -is there an epoch in life ? -is there no epoch in life? et expliquez la formation de la phrase interrogative en français, soit qu'elle ait un substantif ou un pronom personnel pour sujet. Citez des exemples.

6. Traduisez les phrases qui suivent et expliquez les règles qui s'y rattachent:--The persons whom they caused to be assassinated-after having rid themselves of their enemies (to rid one's self, se débarrasser)—whilst listening to that speech they noticed

III.

Translate into French :

6

[ocr errors]

The morning had worn away in these inquiries, and I was sitting on the steps of an empty shop at a street corner, near the market-place, when a fly-driver, coming by with his carriage, dropped a horse-cloth. Something goodnatured in the man's face, as I handed it up, enco

couraged me to ask him if he could tell me where Miss Trotwood lived; though I had asked the question so often, that it almost died upon my lips.

• Trotwood,' said he. “Let me see. I know the name, too. Old lady?

Yes,' I said, “rather.' "Pretty stiff in the back?' said he, making himself upright. “Yes,' I said. 'I should think it very likely.'

' Carries a bag ?' said he— bag with a good deal of room in it- -is gruffish, and comes down upon you, sharp ?'

My heart sank within me as I acknowledged the undoubted accuracy of this description.

Why then, I tell you what,' said he, “if you go up there,' pointing with his whip towards the heights, and keep right till

you come to some houses facing the sea, I think you'll hear of her. My opinion is she won't stand anything, so here's a penny for you.'

[ocr errors]

6

on

I accepted the gift thankfully, and bought a loaf with it. Dispatching this refreshment by the way, I went in the direction my friend had indicated.Dickens.

DIRECT COMMISSIONS.

May 1864.

I.

Translate into English:

A.

[ocr errors]

6

Votre lettre et votre procédé généreux, Monsieur, sont des preuves que vous n'êtes pas mon ennemi, et votre livre vous faisait soupçonner

de l'être ! J'aime mieux en croire votre lettre que votre livre. Vous aviez imprimé que je vous faisais bâiller, et moi j'ai laissé imprimer que vous me faisiez rire. Il résulte de tout cela que vous êtes difficile à amuser, et que je suis un mauvais plaisant. Mais enfin, en bâillant et en riant, vous voilà mon cher confrère ; et il faut tout oublier, en bons chrétiens et en bons académiciens.-Voltaire.

B. Je me présentai chez le général Foy. Il se retourna en entendant ouvrir la porte de son sanctuaire, et avec sa vivacité habituelle arrêta ses yeux perçants sur moi. Monsieur Alexandre Dumas ?' me dit-il. Oui, général.''

• Êtes-vous le fils de celui qui commandait en chef l'armée des Alpes ?' 'Oui, général. C'était un brave. Puis-je vous être bon à quelque chose ? j'en serais heureux.' 'Je vous remercie de votre intérêt.' “Eh bien, voyons, que ferons-nous de vous ?' Tout ce que vous voudrez, général.' 'Il faut d'abord que je sache à quoi vous êtes bon.' • Oh! pas à grand' chose.' Voyons, que savez-vous ? un peu de mathématiques ?' *Non, général.' Vous avez au moins quelques notions d'algèbre, de géométrie, de physique ?

Il s'arrêtait entre chaque mot, et à chaque mot je sentais la sueur me couler sur le front. “Non, général,' repondis-je en balbutiant. Il s'aperçut de mon embarras. Vous avez fait votre droit ? Non, général.' Vous savez le latin et le grec ? “Un peu.'

Un peu.' 'Parlez-vous quelques langues vivantes ?' 'L'italien assez bien, l'allemand assez mal.'

6

[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]

6

[ocr errors]

6

'Je verrai à vous placer chez Laffitte alors. Vous vous entendez en comptabilité ?' 'Pas le moins du monde. O général, mon éducation est faussée, mais, je la referai, je vous en donne ma parole d'honneur.' Mais, en attendant, mon ami, avezvous de quoi vivre ?' 'Oh! je n'ai rien,' répondis-je, écrasé par le sentiment de mon impuissance. · Donnez-moi votre adresse : je réfléchirai à ce qu'on peut faire de vous.' J'écrivis. « Nous sommes sauvés,' s'écria-t-il ;

une belle écriture !' Je laissai tomber ma tête entre les deux mains.Alexandre Dumas.

vous

avez

II.

Grammatical Questions. 1. How do you form the plural of French nouns generally ? Name the exceptions for substantives ending in al, ail, and eu.

2. According to what rule do adjectives form their feminine ? What occurs in the terminations er and gu? Give examples.

3. When is cet used instead of ce, nouvel instead of nouveau, vieil instead of vieux ?

4. What is the place of the personal pronouns-1st, in interrogative sentences; 2nd, when the imperative is used affirmatively; 3rd, when the imperative is used negatively?

5. How do you translate into French—The gentleman of whom you speak. Whose house is this? Whose voice do Í hear ?

6. Write down the present participle of savoir and peindre; the past participle of cueillir, vivre, mourir, rire, pouoir.

7. Conjugate the present (indicative mood) of dire, the past definite of rompre and naître, the future of aller.

III. Translate into French :

A. Napoleon having failed to cut off the English army, returned to France, leaving precise instructions with his Lieutenants for the invasion of Portugal. Marshal Ney, who reached Corunna three days after the battle, was to hold Gallica. Soult was to march by Oporto upon Lisbon. General Lapisse, previously directed on Ciudad Rodrigo with twelve thousand men, was to connect Soult's invasion with another, to be conducted south of the Tagus by Marshal Victor, who had thirty thousand troops. Soult had twenty-five thousand, and after several battles with the Portuguese of the northern provinces, stormed Oporto, in March ; but he could hear nothing of Lapisse or Victor, and his own progressive strength being exhausted, he endeavoured to establish himself firmly until new combinations could be formed.—Sir William Napier.

B. The common fluency of speech in many men, and most women, is owing to a scarcity of matter and scarcity of words; for whoever is a master of language and has a mind full of ideas, will be apt, in speaking, to hesitate upon the choice of both; whereas common speakers have only one set of ideas, and one set of words to clothe them in, and these are always ready at the mouth. So people come faster out of a church when it is almost empty, than when a crowd is at the door. -Swift.

DIRECT COMMISSIONS.

August 1864.

I. Traduisez en anglais :

A. Caroline. Quoi, tu n'as pas peur

? Valérie. Non, je suis tranquille, (lui prenant la main,) tout à fait calme, voyez plutôt ; et puis vous serez près de moi, n'est-il pas vrai ?

Le Comte. Oui, sans doute. (Appelant.) Ambroise ! (Bas, à Caroline.) Je l'ai prévenu. (Haut, à Valérie.) Ambroise va vous conduire dans le petit salon.

Valérie. C'est bien. (À Ernest, avec un sourire.) Vous venez, n'est-ce pas ?

Le Comte. Oui, oui, je vous suis. (Valérie sort, conduite par Ambroise.)

LE COMTE, CAROLINE. Caroline. Eh, mais, qu'avez-vous donc ?

Le Comte, très-ému. Je ne puis vous dire ce que j'éprouve. Arrivé à ce moment que j'ai tant désiré, je ne me reconnais plus ; toute ma résolution m'abandonne ; je tremble.

Caroline. Allons, mon ami, allons, remettez-vous.

Le Comte. Jamais je n'aurai la force.

Caroline. Ernest, mon ami, du courage ! revenez à vous ! Songez à notre amitié. Songez à Valérie !-Scène de Valérie, par

Scribe.

B.

L'enthousiasme nous sert d'asile à nous-mêmes contre les peines les plus amères, et c'est le seul sentiment qui puisse calmer sans refroidir.

Les affections les plus simples, celles que tous les cours se croient capables de sentir, l'amour maternel, l'amour filial, peut-on se vanter de les avoir connues dans leur plénitude quand on n'y a pas mêlé d'enthousiasme ! Comment aimer son fils sans se flatter qu'il sera noble et fier, sans souhaiter pour lui la gloire qui multiplierait sa vie, qui nous ferait entendre de toutes parts le nom que notre cour répète ? Pourquoi ne jouirait-on pas avec transport des talents de son fils, du charme de sa fille ? Quelle singulière ingratitude envers la Divinité

que
l'indifférence
pour ses dons !

Ne sontils pas célestes, puisqu'ils rendent plus facile de plaire à ce qu'on aime ?–Madame de Staël.

II.

Questions Grammaticales. 1. Dites les deux participes, la première personne plurielle de l'indicatif présent, la première personne du singulier du passé défini, du futur simple, du présent et de l'imparfait du subjonctif des verbes prévenu, prévu, suis (dans la phrase je vous suis

see I, A.), puisse et plaire. Comment ces différents temps, mentionnés ci-dessus, se forment-ils ?

2. Quelle est la différence de signification entre les phrases suivantes ?-Si Ambroise va vous conduire . . . Si Ambroise vient vous conduire ... Si Ambroise vient de vous conduire.

... Si Ambroise vient à vous conduire

3. C'est bien.' (I, A.) Pourrait-on dire il est bien, en place de c'est bien ? Si non, expliquez la règle grammaticale qui s'y oppose.

4. 'Je ne puis vous dire. (I, A.) Quelles sont les règles particulières de syntaxe qui se trouvent appliquées dans cette phrase ?

5. Les peines les plus amères, ...' (I, B.) Cette phrase se construirait-elle de même en anglais ? Si non, quelle

[ocr errors]
« AnteriorContinuar »