Imágenes de páginas
PDF
EPUB

» à supporter la pauvreté et à pardonner les ou>> trages.

» Je ne crois pas que la philosophie ait à se >> vanter d'avoir encore inspiré le mépris des ri>> chesses et l'oubli des injures à une nation. Je la >> défie surtout de calmer un cœur en proie à ses >> remords, et c'est ici que triomphe la religion. >> Quand un coupable, bourrelé par sa conscience, ne voit que châtiments du côté de la justice, et flétrissures du côté du monde ; quand >> l'honneur, ajoutant encore ses tortures à son désespoir, ne lui ouvre qu'un précipice; la reli»gion survient, embrasse le malheureux, apaise >>ses angoisses et l'arrache à l'abîme. Cette récon>>ciliation de l'homme coupable avec un Dieu >> miséricordieux est l'heureux point sur lequel » se réunissent tous les cultes.

1)

>>> La philosophie n'a pas de tels pouvoirs : elle >> manque à la fois et de tendresse pour l'infortuné >> et de magnificence pour le pauvre. Chez elle, » les misères de la vie sont des maux sans remède, >> et la mort est le néant. Mais la religion échange » ces misères contre des félicités sans fin: et avec » elle le soir de la vie touche à l'aurore d'un jour >> éternel. >>>

Ces idées sont justes et noblement exprimées: mais il faut en convenir, on ne s'attendait guère

à les trouver dans le prospectus d'un Dictionnaire de la langue française.

M. de Rivarol avait beaucoup de facilité pour la poésie, et de goût pour la satire; il ne s'y livra cependant qu'avec une certaine modération, et

rarement.

Parmi les pièces de ce genre que l'éditeur de ses œuvres nous a conservées, vous lirez avec plaisir un plaisant Dialogue entre le chou et le navet, à l'occasion du Poëme des Jardins, dans lequel M. Delille avait négligé de parler de ces deux légumes.

Le navet se plaint d'avoir été oublié, et dit:

Des mépris d'un ingrat le sage se console.
Je vois que c'est pour plaire à ce Paris frivole,
Qu'un poète orgueilleux veut nous exiler tous
Des jardins où Virgile habitait avec nous.

Le chou répond:

Qu'importent des succès par la brigue surpris?
On connaît les dégoûts du superbe Paris.
Combien de grands auteurs dans leurs soupers brillèrent,
Qui, malgré leurs amis, au grand jour s'éclipsèrent.
Le monde est un théâtre, et dans ses jeux cruels,
L'idole du matin, le soir n'a plus d'autels.
Nous y verrons tomber cet esprit de college (1),
De ces dieux potagers déserteur sacrilege;
Sa gloire passera, les navets resteront.

(1) M. Delille était professeur au collége de la Marche.

Vous lirez encore, mais avec moins de plaisir, un Dialogue entre le 19. et le 20o. siècle, satire dirigée principalement contre Voltaire, Marmontel, La Harpe et Beaumarchais.

Voici le jugement qu'il porte de Voltaire. C'est le 19. siècle qui parle :

Un génie! oh! vraiment, pour que chacun le crût,
Sans le croire lui-même, il fit bien ce qu'il put.
Du bâton de l'intrigue étayant sa faiblesse,
D'une cabale ardente il ameuta l'ivresse.
Sa troupe jusqu'aux cieux élevant son héros,
Crut l'y voir elle-même, et l'y fit voir aux sots.
Dès-lors, ainsi du moins le racontait un sage
Qui l'avoit vu jadis au matin de son âge,
Dès-lors il eut le front de s'unir en chorus

A la voix du délire, à tous ses cris confus
Qui mettaient dans ses mains le sceptre du génie.

Ces vers ne sont ni bons, ni mauvais; mais j'ai cru devoir les remettre sous vos yeux, pour vous donner une idée de l'opinion que M. de Rivarol s'était formée de Voltaire. Voici celle qu'il avait de Mme. de G..... C'est une couleuvre qui parle, et qui répond aux éloges que cette dame avait adressés aux couleuvres, dans une pièce de vers:

J'ai lu les bouts-rimés où vous bravez en paix
Le goût, la langue et l'harmonie ;

Ces vieux tyrans du Pinde ont péri sous vos traits :

[ocr errors]

C'est la révolte du génie.
Leur fatale aristocratie,

Parmi tant de débris, résistait aux Français ;
Mais grâce à vos heureux essais,
Plus d'art, plus de talent et plus de poésie,

Mais, dites-moi, pourquoi, riche comme vous l'êtes,
Vous semblez dans vos vers, qui nous ont tant flattés,
Voir d'un regard jaloux mes faibles qualités ?
La couleuvre la plus subtile
Serait novice à vos côtés.

Eh! que sont en effet tous les tours d'un reptile
Près de ceux que vous connaissez?

Qu'est-ce que le venin que parfois je distille,

Au prix du fiel que vous versez,

Et des poisons de votre style?

Antique et savante sybille,

En vain dans les serpents tout vous charme et vous rit :
Nous avons votre cœur, sans avoir votre esprit, etc.

c'est

Je dois vous faire observer, madame, que une satire que vous venez de lire, et que la dame qui en est l'objet avait embrassé, dans la révolution, un parti auquel M. de Rivarol avait voué une haine irréconciliable, et qu'il combattait de toutes ses forces. L'esprit de parti est rarement juste.

Au commencement de l'hiver 1801, il quitta Hambourg, pour se rendre à Berlin, où il fut accueilli avec distinction par la cour et par les hommes de lettres. Il n'y jouit pas long-temps des

plaisirs que cette ville lui promettait. Attaqué le 6 avril d'une fluxion de poitrine compliquée de fièvre putride, il se fit transporter à la campagne, voulut que sa chambre fût tapissée de fleurs et que ses fenêtres restassent ouvertes. Malgré les soins de M. Formiez, médecin de la reine, la maladie ne tarda pas à prendre un caractère alarmant. Il mourut le 13 du même mois, après un court délire pendant lequel il demanda plusieurs fois des figues attiques et du nectar. Il avait rante-quatre ans.

qua

JACQUES DELILLE.

J. Delille fut un enfant de l'amour. Il naquit le 21 juin 1738, près de Clermont en Auvergne, et fut reconnu sur les fonts de baptême par M. Montanier, avocat au parlement. Sa mère appartenait à la famille du chancelier de Lhôpital. Le jeune Delille fut envoyé de bonne heure à Paris, fit ses études au collège de Lizieux, alla professer les humanités à Amiens, et revint bientôt après à Paris, où il fut nommé professeur au collège de La Marche. Il travaillait alors à sa traduction des Géorgiques, dont la publication apprit aux Français qu'ils avaient un poète de plus. Voltaire en fut si frappé, que, sans connaître l'auteur, il écrivit à l'Académie pour l'engager à recevoir dans son

« AnteriorContinuar »