Imágenes de páginas
PDF
EPUB

Malade imaginaire, dont l'objet principal est de critiquer la charlatanerie des médecins. Le Médecin malgré lui, Georges Dandin, le Bourgeois gentilhomme, et les Fourberies de Scas pin, sont d'un genre bien inférieur, et semblent n'avoir été composées que pour faire rire le parterre. Quoiqu'il y ait des ridicules fort bien exposés, on n'y rencontre point cette fine critique qui distingue les autres pièces de Molière. Mais une preuve que le goût se rafine, quoique peut-être les moeurs se corrompent, c'est qu'on trouve des scènes et des expressions, dans les comédies de Molière, qui choquent tellement la délicatesse, qu’un auteur de nos jours n'oserait

pas

assurément les hasarder. On a cherché a excuser Molière, en disant qu'il avait voulu faire quelque chose pour la multitude; car dans ses grandes pièces, dans ses chefs-d'oeuvre, on ne trouve rien qui puisse blesser la modestie et la décence.

De tous les vers qu'on a faits à la louange de Molière, je ne citerai que ceux du père Bouhours.

Ornement du théâtre , incomparable acteur,

Charmant poète, illustre auteur,

C'est toi dont les plaisanteries
Ont guéri des marquis l'esprit extravagant;

C'est toi qui par tes momeries
As réprimé l'orgueil du bourgeois arrogant.

Ta muse , en jouant l'hypocrite,
A redressé les faux dévols;
La précieuse, à tes bons mots,
A reconnu son faux mérite.
L'homme ennemi du genre humain,
Le campagnard qui tout admire,
N'ont

pas

lu tes écrits en vain :
Tous deux s'y sont instruits en ne pensant qu'à rire.
Enfin , tu reformas et la ville et la cour;

Mais quelle en fut la récompense?
Les Français rougiront un jour
De leur peu de reconnaissance.

Il leur fallut un comédien
Qui mît à les polir son art et son étude ;
Mais, Molière, à ta gloire il ne manquerait rien,
Si parmi leurs défauts que tu peignis si bien,

Tu les avais repris de leur ingratitude. Il fut nommé par l'Académie française pour occuper la première place qui viendrait à

vaquer, ce qui n'eut pas lieu, à cause de sa mort inopinée. Cependant, lorsqu'en 1773 on célébra, sur le théâtre Français, la centenaire de cet illustre écrivain, l'Académie chargea d'Alembert de commander à Houdon le buste de Molière, qu'elle ne put placer qu'en 1778, cians la salle de ses séances, avec cette inscription faite

par

Saurin:
Rien ne manque à sa gloire, il manquait à la nôtre.

REGNAR D.

Jean-François Regnard naquit à Paris en 1647. Sa passion pour les voyages le porta à visiter une grande partie de l'Europe. Etant en Italie, il fit la connaissance, à Bologne,

à Bologne, d’une dame provençale, qu'il nomme Elvire, et pour laquelle il conçut la passion la plus vive. Comme elle était sur le point de revenir en France, il s'embarqua avec elle à Gênes, sur un vaisseau que prirent les Algériens, et tout l'équipage fut conduità Ager pour y être vendu. Il fut acheté par un nommé Achmet Talem. Il était très bel homme; et Achmet l'ayant soupçonné d'intelligence avec une deses favorites, le dénonça pour être puni selon la loi, qui condamne à la peine de mort tout chrétien qui a séduit une mahometane. Le consul de France le sauva, en offrant une forte rançon. Regnard ayant reçu de sa famille des fonds assez considérables, il racheta la provençale, et revint avec elle à Paris. Là, ils apprirent la nouvelle de la mort du mari de cette dame, nommé de Prade. Regnard lui proposa de l'épouser; elle

у

consentit. Mais tandis qu'ils se disposaient à s'unir, M. de Prade arriva. Regnard, au désespoir de ce nouveau coup du sort, prit la résolution de se dérober d'un lieu où il trouvait à chaque instant quelque aliment à ses chagrins. En 1681, il partit une seconde fois de Paris pour visiter la Flandre et la Hollande, d'où il passa en Danemarck et ensuite en Suède. Le roi de Suède lui ayant conseillé de voir la Lafonie, il partit de Stockhom avec deux autres Français, nommés Fercourt et Corberon. Arrivés à Tornéo, ils remontèrent le fleuve ou lac de ce nom, jusqu'à une montagne nommée Métavara, du sommet de laquelle ils découvrirent la mer Glaciale. Là, ils gravèrent sur le rocher l'inscription suivante :

Gallia nos genuit , vidit nos Africa , Gangem
Hausimus, Europamque oculis lustravimus omnem;
Casibus et variis acti, terrâque , marique.
Hic tandem sletimus, nobis ubi defuit orbis.
De Fercourt , de Corberon, Regnard.

Anno 1681, die 22 augusti. « Ce fut là, dit Regnard, que nous plantâmes notre inscription, mais qui ne sera, comme je crois, jamais lue que des ours. »

M. de La Harpe a traduit cette inscription

ainsi :

Nés Français, éprouvés par cent périls divers ,
Le Gange nous a vus monter jusqu'à ses sources,

L'Afrique affronter ses déserts,
L'Europe parcourir ses cliinats et ses mers.

Voici le terme de nos courses,
Et nous nous arrêtons où finit l'univers.

Regnard parcourut ensuite la Pologne, la Hongrie et l'Allemagne; mais enfin il songea à jouir du repos et des agréments que sa fortune et ses talents pouvaient lui procurer. Il revint dans sa patrie, acheta une charge de trésorier de France, et fit l'acquisition d'une terre nominée Grillon, à onze lieues de Paris, où il passait, avec quelques amis, toute la belle saison. C'est là qu'il écrivit ses voyages, et la plupart de ses pièces de théâtre. La petite historiette intitulée la Provençale, contient quelques-unes de ses aventures. Il mourut à sa terre de Grillon, en 1710. On prétendit qu'il avait avancé ses jours; mais il savait lui-même qu'il mourait des suites d'une indigestion.

Qui ne se plait point aux comédies de Re» gnard, dit Voltaire, n'est point digne d'admi» rer Molière. »

Il excelle dans le comique noble, ainsi que dans le familier; mais, dans ses ouvrages, rale est quelquefois blessée.

Ses meilleures pièces sont le Légataire (1), le Joueur, les Folies amoureuses, les Ménechmes, le Distrait, et le Retour imprévu.

La petite comédie Attendez-moi sous l'orme,

la mo

(1) Le lieutenant de police disait que le dernier acte de cette pièce devrait être représenté à la Grève.

« AnteriorContinuar »