Mémoires Pour Servir À L'histoire Du Jacobinisme: ptie. Conspiration antichrétienne

Portada
De l'imprimerie françoise, chez P. Le Boussonnier & Company, 1797
 

Comentarios de la gente - Escribir un comentario

No encontramos ningún comentario en los lugares habituales.

Páginas seleccionadas

Otras ediciones - Ver todas

Términos y frases comunes

Pasajes populares

Página 13 - Jésus-Christ, et ne tirez que de votre fonds ce que vous avez à nous dire. On peut parler de fables, mais...
Página 376 - M. le mar» quis de Villette, en présence de M. l'abbé Mignot, mon neveu, •» et de M. le marquis de Villevieille, mon ami. (Signé) MIGNOT, VIL» LEVIEILLE. — PSM l'abbé Gaultier m'ayant averti qu'on disait » dans un certain monde que je protesterais contre tout ce que je » ferais à la mort, je déclare que je n'ai jamais tenu ce propos, » et que c'est une ancienne plaisanterie, attribuée dès longtemps » à plusieurs savants plus éclairés que Voltaire.
Página 113 - Cucullati qui remplissent leurs provinces, en même temps la facilité de payer en partie leurs dettes en y appliquant les trésors de ces communautés, qui n'ont point de successeurs, je crois qu'on les déterminerait à commencer cette réforme; et il est à présumer...
Página 375 - Monsieur, de venir pour m'en« tendre; je vous prie de vouloir bien «vous donner la peine de venir le plu•»tôt que vous pourrez.
Página 103 - ... contre les absurdités d'une superstition révérée; d'une autre, les abus de la dissipation forcent les princes à s'emparer des biens de ces reclus, les suppôts et les trompettes du fanatisme. Cet édifice, sapé par ses fondements, va s'écrouler; et les nations transcriront dans leurs annales que Voltaire fut le promoteur de cette révolution qui se fit au dix-huitième siècle dans l'esprit humain.
Página 7 - Je suis las, disait-il un jour, de leur entendre répéter que douze hommes ont suffi pour établir le christianisme, et j'ai envie de leur prouver qu'il n'en faut qu'un pour le détruire.
Página 248 - Puisque je me suis permis le plaisir de m'entretenir avec vous, souffrez, monsieur, que je vous demande, pour ma seule instruction, si en avançant en âge vous ne trouvez rien à changer à vos idées sur la nature de l'âme. Vos derniers ouvrages ont encore tout le feu, la force, et la beauté de la Henriade. Votre corps at-il donc conservé aussi la vigueur qu'il avait lors du poëme de la Ligue?
Página 15 - N'y eût-il dans l'Evangile que ce seul précepte : « Ne faites pas aux autres ce que vous ne voulez pas qu'on vous fasse, » on serait obligé de convenir que ce peu de mots renferme la quintessence de toute morale. Et le pardon des offenses, et la charité, et l'humanité ne furent-elles pas prêchées...
Página 295 - Dain , prononcé du côté du greffe ? Je crois que les Français defcendent des centaures , qui étaient moitié hommes et moitié chevaux de bâts : ces deux moitiés fe font féparées ; il eft refté des hommes , comme vous, par exemple, et quelques autres; et il eft refté des chevaux qui ont acheté des charges de confeiller, ou qui fe font faits docteurs de forbonne. Rien ne...
Página 265 - L'historien de ce prince nous a conservé cette prière. * Mon Dieu , défendez de votre épée , protégez de votre bouclier le comte Félix...

Información bibliográfica